20 novembre 2005 à 00h00 | Par Jean-Jacques Biteau

Matériel d´irrigation - Choisir un type de pompe pour l´irrigation

En plus des caractéristiques techniques, l´environnement de l´installation est à prendre en compte lors du choix d´une pompe d´irrigation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L´environnement de l´installation de pompage est déterminant pour le choix d´une pompe d´irrigation. « La pompe de surface s´utilise lorsque le captage est une rivière, un lac ou un puit » explique Christophe Tourneur, responsable des ventes chez Rovatti France. « Elle peut-être entraînée électriquement ou par un moteur thermique (diesel ou prise de force du tracteur). Pour un fonctionnement optimal, le niveau après rabattement de la nappe lors du pompage, appelé aussi niveau dynamique, doit être inférieur à 6,5 mètres par rapport à l´axe de la pompe, de façon à pouvoir aspirer ».

L´entraînement électrique offre un meilleur rendement et un coût d´utilisation limité par rapport à un moteur thermique. (JJ.B.)

En présence de nappes souterraines comme les forages ou les puits profonds, la pompe sera immergée. Il existe des électropompes immergées ou des pompes immergées à axe vertical commandées par une ligne d´arbre qui se situe à l´intérieur de la colonne de refoulement, guidée par des paliers intermédiaires (tous les trois mètres). Dans ce cas, l´entraînement s´effectue en surface à partir d´un moteur thermique ou d´une prise de force de tracteur.

Une fois le type de pompe choisi, il reste à déterminer l´énergie pour son entraînement. Pour Christophe Tourneur, l´électricité est préférable pour son rendement, sa fiabilité, son coût d´utilisation et les interventions quotidiennes limitées par rapport à un moteur thermique.

Cela est possible dès lors qu´une ligne électrique se situe à proximité de la future station de pompage ou que les conditions économiques d´accès à l´électricité le permettent. Dans le cas contraire, le moteur thermique reste la seule alternative. Il offre une souplesse d´utilisation indéniable puisqu´il présente l´avantage d´être extrêmement mobile et peut être utilisé sur plusieurs points de pompage.

« De nouvelles générations de pompes pour moteur thermique sont apparues récemment » remarque Christophe Tourneur. « Elles offrent un rendement supérieur à celles traditionnellement utilisées et une mise en oeuvre simplifiée qui contribue à améliorer leur fiabilité. Leur coût d´utilisation est aussi réduit avec une consommation de cinq litres de gas-oil par heure ».

Les performances de la pompe sont caractérisées par son débit exprimé en m3/heure et par sa hauteur d´élévation en mètres de colonne d´eau ou HMT(1).
Le débit est fonction de la surface à irriguer dans un laps de temps donné, en tenant compte des capacités de la source d´approvisionnement.
La HMT dépend du dénivelé entre le point le plus haut où vont fonctionner les équipements d´irrigation et le niveau dynamique de l´eau, des pertes de charges et de la pression de service du système d´aspersion.
Il est important de tenir compte du fait que la puissance d´une pompe est liée à son débit, à sa pression et à son rendement. Lorsqu´un de ces trois facteurs varie, la puissance absorbée est modifiée.

(1) HMT : Hauteur manométrique totale.

 

Clé à molette

Effectuer la maintenance d´une pompe d´irrigation

La maintenance annuelle des pompes immergées se limite à la vérification des caractéristiques hydrauliques et électriques.

Pour les électropompes immergées, il n´y a pas de maintenance annuelle à effectuer. Seules les valeurs électriques (ampérage, résistance) ainsi que les valeurs hydrauliques sont à surveiller.
Toutefois, il peut être intéressant de remonter la pompe tous les cinq ans pour vérifier l´état général de la colonne de remontée (corrosion). Cela peut éviter de perdre la pompe dans le fond du forage…
En ce qui concerne les pompes de surface, les mêmes contrôles sont à effectuer avec, en plus, le contrôle chaque année de l´étanchéité au niveau de l´arbre (presse étoupe). Vérifier également si aucun bruit mécanique étranger n´apparaît : roulement moteur, usure de la partie hydraulique créant son déséquilibrage. Enfin, il ne faut pas oublier qu´une pompe possède une plage d´utilisation, avec des limites à ne pas franchir pour ne pas réduire prématurément sa durée de vie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,