Groupe Réussir 05 décembre 2005 à 00h00 | Par Michel Portier

Isobus - Vers un seul terminal de commandes

Apparue en 2001, la norme internationale Iso 11783 est adoptée par la plupart des constructeurs de matériel agricole. Le système de pilotage unique des outils est donc en bonne voie, avec quelques aléas...

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Un seul terminal de contrôle dans la cabine du tracteur, tel est l´objectif du système de pilotage des outils Isobus. La multiplication des boîtiers de commandes propres à chaque outil, ajoutée à l´électronique embarquée du tracteur présentent en effet de multiples inconvénients. Chaque terminal de commande a sa logique propre tant au niveau des commandes que dans l´organisation des menus. Il est bien difficile de se réapproprier instantanément le mode d´emploi d´un boîtier surtout si son utilisation n´est pas quotidienne. Le contrôle simultané de plusieurs consoles constitue également une source de fatigue et leur installation est parfois périlleuse par manque de place et par la prolifération des câblages. Enfin, et c´est peut-être l´élément essentiel, l´accumulation des boîtiers représente un coût important.

Les constructeurs de tracteurs et de matériel travaillent depuis longtemps sur cette simplification des commandes. Avant l´apparition de l´Isobus en 2001, Fendt et quelques constructeurs d´outils avaient déjà développé le système LBS(1). L´évolution vers la norme internationale Iso 11 783 leur a été toute naturelle, la différence majeure entre les deux systèmes étant la vitesse de transfert des données (l´Iso est deux fois plus rapide que le LBS).


L´Amatron+ d´Amazone. Les constructeurs d´outils qui disposent d´une gamme longue développent leur propre terminal Isobus. (Amazone)

Un développement récent qui s´accélère

Pour les autres constructeurs l´apparition de l´Isobus a été un élément déclencheur. Tous les tractoristes assurent travailler sur le développement de consoles Isobus, ce que l´on a d´ailleurs pu vérifier lors du dernier Sima. Fendt a fait évoluer son terminal Vario vers la nouvelle norme. John Deere a récemment présenté sa console GreenStar 2 100 compatible Isobus.
Les constructeurs d´outils proposent de plus en plus la compatibilité Isobus. Certains développent même leur propre terminal Isobus. Pour ceux qui disposent d´une gamme longue comme Amazone ou Kverneland, il est en effet intéressant de proposer un seul terminal de commande pour plusieurs gammes d´outils. C´est aussi une solution de transition, il est encore bien loin le temps où tous les tracteurs disposeront de leur propre terminal Iso. Mais rappelons que l´objectif de l´Isobus reste le terminal unique à partir duquel on dispose des paramètres de l´outil et du tracteur.

L´universalité de l´Isobus malmenée

Pourtant, des doutes subsistent concernant le passage à l´Isobus. La revente d´un appareil sans boîtier ne se fera pas sans difficulté. Les acheteurs n´auront pas forcément de boîtier ou de tracteur compatible. Par ailleurs, en cas de panne électronique d´un outil relié au terminal du tracteur, à qui incombera la responsabilité : au constructeur de l´outil ou au tractoriste ? C´est d´ailleurs un des arguments des constructeurs d´outils qui, en proposant leur propre boîtier, assurent à leurs clients un service après-vente sans ambiguïté. Malheureusement dans ce cas, l´universalité de l´Isobus disparaît car l´agriculteur doit se cantonner à une seule marque s´il souhaite conserver un seul boîtier. Ce qui est en contradiction avec la norme qui est censée donner toute liberté à l´agriculteur dans le choix de ses outils...

(1) Landwirtschaftliche Bus System.

Tracteurs - L´Isobus en deux questions

Qu´est-ce que l´Isobus ?

Comme son nom l´indique, l´Isobus repose sur la norme Iso 11783 qui établit un système normalisé de transfert de données. Elle crée une sorte de langage commun compatible avec les exigences techniques de toutes les applications agricoles. Pour faire passer cette information, la normalisation implique l´utilisation d´un réseau Bus Can. Le Bus est le constituant physique du réseau (faisceau électrique normalisé) alors que le Can est le protocole d´échange des données. Dernier élément, la norme régit les connexions au Bus qui permettent de relier les différents éléments amenés à communiquer (tracteur, outil, boîtiers…) avec la prise normalisée Iso à neuf broches.

Comment cela fonctionne ?

Dans le cas d´un pilotage d´outil conventionnel, le calculateur est intégré dans le boîtier de commande de l´outil placé en cabine. Sur l´outil, on ne retrouve que des éléments ayant pour seule fonction d´exécuter les ordres reçus du boîtier de commande dans lequel se trouve toute la programmation. De ce fait, chaque outil nécessite son propre boîtier.
Avec l´Isobus, les ordres donnés par le chauffeur au niveau du terminal unique en cabine sont transférés à l´outil par une seule connexion. Ces ordres sont retravaillés et convertis au niveau de l´outil. Le boîtier de commande est placé sur l´outil, le terminal en cabine ne sert alors qu´à la visualisation et à la rédaction de l´ordre, un peu comme un clavier et un écran pour un ordinateur. Le terminal en cabine s´adapte ainsi à n´importe quel outil compatible Isobus en chargeant les données de configuration de l´écran à partir du boîtier embarqué sur l´outil.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,